« Nous recevons beaucoup de soutien mais également beaucoup de critique. Beaucoup se demandent pourquoi nous ne nous occupons pas plutôt des réfugiés ou de la misère du monde… Ceux qui disent ce genre de choses n’ont pas compris la fonction et la signification de tels monuments historiques pour la population. »